* Mise à jour Covid-19
La pandémie de COVID-19 s'est propagée à l'échelle mondiale et des mesures extraordinaires ont été mises en œuvre pour répondre à cette menace. DefendDefenders et AfricanDefenders ont aussi dû être réactifs pour protéger leur personnel, leur partenaires, leur bénéficiaires et jouer un rôle positif dans cette urgence. Le 20 mars 2020, DefendDefenders et AfricanDefenders ont commencé à mettre en œuvre un plan préventif de distanciation sociale. Le personnel travaille à distance et tous les visiteurs du bureau ont été temporairement interdits, toutes les réunions ont été annulées et toutes les activités qui nécessitent des contacts directes ont été reportées. En mars, un nombre croissant de restrictions ont été imposées en Ouganda, avec un verrouillage total de deux semaines annoncé le 31 mars 2020 et prolongé jusqu'au 6 mai 2020.

Faits marquants

Lettre ouverte sur le traitement xénophobe, raciste et inhumain des Africains en Chine

Après des rapports sur le traitement xénophobe et raciste des citoyens africains en Chine dû au traitement discriminatoire dans le cadre des mesures contre le COVID-19, AfricanDefenders a initié une lettre ouverte à S.E Moussa Faki, président de la Commission de l'Union Africaine. La lettre exhortait ’Union Africaine et les dirigeants africains à exiger des autorités chinoises une enquête complète sur les violations des droits humains qu’ont subis les citoyens africains vivant en Chine et appel à des mesures correctives immédiates. La lettre a été signée par plus de 300 organisations de la société civile (OSC), organisations de femmes et mouvements féministes, mouvements syndicaux et étudiants, organisations de jeunesse et associations professionnelles. Elle été également signée par plus de 1700 personnes en Afrique et au-delà, notamment des avocats, des juges, des universitaires, des hommes d'affaires, des membres du clergé, des artistes, des militants et des journalistes. La lettre a aussi figuré dans les médias locaux comme le Maverick Citizen d'Afrique du Sud et PML Daily en Ouganda.

Lisez la lettre complète ici›